mardi 13 mai 2014

Pascal Anquetil

C'est officiel, après 30 ans au service de toute une communauté, le Centre d'Information du Jazz (CIJ) va fermer ses portes faute du soutien de l'État. Le conseil d'administration de l'IRMA dont il dépendait a également décidé de mettre un terme aux activités du Centre d'Information du Rock, et du Centre d'Information des Musiques Traditionnelles. Autant de structures pourtant cruciales pour la visibilité de musiques si mal diffusées.

Pascal Anquetil par Jean-Baptiste Millot pour Qobuz
Pascal Anquetil dirigea le CIJ depuis ses débuts, et c'est lui qui vient d'officialiser cette triste nouvelle par un beau texte publié sur le site des Dernières Nouvelles du Jazz.

J'ai eu plusieurs fois l'occasion de le rencontrer, notamment dans son bureau du CIJ. Il était venu présenter son travail - entre autre la création et l'entretien patient d'une base de données considérable regroupée dans l'annuaire "Jazz de France" - lors de nos travaux préalables à la rédaction du rapport que nous avions remis au ministre Frédéric Mitterrand il y a deux ans déjà. Je l'ai côtoyé également lorsque j'ai été membre du jury qu'il présidait au Tremplin jazz du festival d'Avignon en 2007.

Malheureusement, ce désengagement de l'État est une illustration supplémentaire du peu de cas que ce gouvernement, et en particulier le cabinet du ministère de la culture, fait du jazz en France. Combien d'efforts faudra-t-il déployer à l'avenir pour reconstruire ce qui a été défait ?

Je tiens ici à rendre un vibrant hommage à Pascal pour tout ce qu'il a accompli pendant trente ans d'engagement personnel sans faille au service du jazz en France. Nous n'oublierons pas. 

Une pétition est en ligne pour dire Non à cette fermeture. SIGNEZ-LÀ !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'avais été voir Pascal il y a trois ans dans son bureau de la rue Soleillet lorsque je réalisais une série de portraits de musiciens et d'acteurs du jazz en France.