Bird lives !

En prolongement du précédent billet... Dans cette rare interview du génie par Paul Desmond, Charlie Parker explique que sa technique extraordinaire est le fruit de son travail, ni plus ni moins. Comme le cirage donne à une paire de chaussure son lustre, le travail donne au talent son éclat (la métaphore est de lui). Il confie que pendant plusieurs années, il a travaillé son instrument de 11 à 15 heures pas jour. Il parle de l'étude (schooling) qui est absolument nécessaire pour révéler le talent, en citant l'exemple d'Albert Einstein. Il évoque toute forme d'étude, mais Parker n'a jamais fait d'autre école de musique que celle des orchestres de Kansas City, des nombreuses jams sessions de la ville, et des relevés des maîtres sur disques. Cet apprentissage est toujours de mise aujourd'hui et continue de produire des musiciens essentiels. Pour en avoir parlé avec lui, je sais que c'est avec cette pratique que Mark Turner s'est forgé son identité.

Commentaires

  1. Très bon article Laurent. Quand je pense à mes paresseux d'élèves qui ont la flemme de faire un relevé. On a plus d'excuse de ne pas faire un relevé, on a le CD, le MP3 (qu'on en plus ralentir à loisir). Je n'imagine même pas comment les jazzmen d'autrefois devaient relever sur vinyle, bande etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. qu'on peut en plus ralentir *

      Supprimer
  2. On peut mettre cet article en lien avec le précédent. Quels sont les fondamentaux de l'apprentissage du Jazz? Comme le dit Franck Amsallem dans un autre post, c'est à l'élève d'aller débusquer l'information. Nous, enseignants, devons sans doute davantage jouer un rôle dans la cohérence de la méthode de travail de nos élèves. Malgré les conservatoires et écoles de jazz, cette musique reste malgré tout autodidactique... Nous ne fournissons au final que des axes de travail. Nos départements dispensent des cours d'instrument, d'harmonie, histoire du Jazz mais manquent parfois de liant entre ces diverses disciplines. Les ingrédients sont fournis, mais l'élève doit faire lui-même sa cuisine dans un sens, et cela nécessite méthode, peut-être plus encore dans le jazz qu'ailleurs.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés